« Réponse de Sauvons Le Climat à Eva Joly | Accueil | Marchands de doute »

07 mai 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

http://paris.indymedia.org/spip.php?article10792
Fukushima en version mondiale ?
mardi 8 mai 2012

source :http://fukushima.greenaction-japan.org/2012/05/01/an-urgent-request-on-un-intervention-to-stabilize-the-fukushima-unit-4-spent-nuclear-fuel/

Demande urgente de l’intervention de l’ONU pour stabiliser l’unité de Fukushima 4 combustible nucléaire usé

Récemment, d’anciens diplomates et des experts à la fois au Japon et à l’étranger a souligné la condition extrêmement risqué de l’Unité de Fukushima Daiichi 4 passé piscine du combustible nucléaire, ce qui est largement rapportée par les médias mondiaux. Robert Alvarez, chercheur principal à l’Institute for Policy Studies (IPS), qui est l’un des experts les plus connus sur le carburant nucléaire irradié, a déclaré que dans l’unité 4, il est le combustible nucléaire irradié qui contient du césium-137 (Cs-137) que est équivalent à 10 fois le montant qui a été publié au moment de l’accident nucléaire de Tchernobyl. Ainsi, si un tremblement de terre ou tout autre événement venait à provoquer cette piscine de se vider, ce qui pourrait provoquer un incendie catastrophique radiologique impliquant près de 10 fois la quantité de Cs-137 publié par l’accident de Tchernobyl.

Presque tous les 10 893 assemblages de combustible usé à l’usine de Fukushima Daiichi sit dans les piscines vulnérables aux tremblements de terre futurs, avec environ 85 fois la radioactivité plus longue durée de vie que d’être libérés de Tchernobyl.

Les experts nucléaires des États-Unis et le Japon comme Arnie Gundersen, Robert Alvarez, Hiroaki Koide, Masashi Goto, et Mitsuhei Murata, un ancien ambassadeur du Japon en Suisse, et, Akio Matsumura, un ancien diplomate des Nations unies, ont constamment mis en garde contre le risque élevé de l’Unité de Fukushima 4 passé piscine de combustible nucléaire.

Le sénateur américain Roy Wyden, après sa visite à l’usine de Fukushima Daiichi l’énergie nucléaire, le 6 Avril 2012, a publié un communiqué de presse le 16 Avril, en soulignant le risque catastrophique de Fukushima Daiichi Unité 4, appelant à l’intervention du gouvernement d’urgence des États-Unis. Le sénateur Wyden a également envoyé une lettre à M. Ichiro Fujisaki, ambassadeur du Japon aux États-Unis, demandant au Japon d’accepter l’aide internationale pour lutter contre la crise.

“Nous, Japonais, les organisations civiles exprimons notre profonde inquiétude que notre gouvernement n’informe pas ses citoyens sur l’ampleur du risque de l’Unité de Fukushima Daiichi 4 passé piscine de combustible nucléaire. Compte tenu du fait que l’effondrement de ce groupe pourrait potentiellement conduire à des conséquences catastrophiques ayant des implications dans le monde, ce que le gouvernement japonais devrait faire en tant que membre responsable de la communauté internationale est d’éviter toute nouvelle catastrophe en mobilisant toute la sagesse et les moyens disponibles afin pour stabiliser ce combustible nucléaire usé. Il est bien évident que 4 Fukushima Daiichi Unité passé piscine de combustible nucléaire n’est plus un problème japonais mais un problème international avec des conséquences potentiellement graves. Par conséquent, il est impératif pour le gouvernement japonais et la communauté internationale à travailler ensemble sur cette crise avant qu’elle ne devienne trop tard. Nous lançons un appel à l’Organisation des Nations Unies pour aider le Japon et la planète afin d’éviter les conséquences irréversibles d’une catastrophe qui pourrait affecter les générations à venir. Par la présente nous rendre notre demande urgente pour vous comme suit :

1. L’Organisation des Nations Unies devrait organiser un sommet sur la sécurité nucléaire pour prendre le problème crucial de l’Unité de Fukushima Daiichi 4 passé piscine de combustible nucléaire.

2. L’Organisation des Nations Unies devraient mettre en place une équipe d’évaluation indépendante sur Fukushima Daiichi Unité 4 et coordonner l’assistance internationale afin de stabiliser passé de l’unité de combustible nucléaire et de prévenir les conséquences radiologiques, avec des conséquences potentiellement catastrophiques.

30 Avril 2012 Arrêter de Tomari (Japon) kaori-izumi@ta3.so-net.ne.jp Green Action (Japon) info@greenaction-japan.org
Approuvé par :

Hiroaki Koide l’Université de Kyoto réacteur nucléaire Research Institute (Japon) Mitsuhei Murata Ancien ambassadeur en Suisse et à la République du Sénégal Membre du Conseil, du Système mondial d’éthique et de société (Japon) Akio Matsumura Ancien diplomate aux Nations Unies Robert Alvarez principal Scholar, Institut d’études politiques, Washington, DC (USA)

Masashi Goto ancien ingénieur centrale nucléaire (Japon)

Organisations signataires : 72 organisations japonaises ont signé cette pétition (en date du 30 Avril 2012) 1. Arrêter de Tomari, Hokkaido 2. Green Action, Kyoto 3. Citoyen Centre d’information nucléaire, Tokyo 4. Osaka Groupe contre Mihama · · Ooi Takahama Nuclear Power, Osaka 5. Le vieillissement de Fukushima Groupe centrale nucléaire, Tokyo 6. Arrêtez usine nucléaire de Hamaoka !, Shizuoka 7. Espace des Femmes, Hokkaido 8. "Apprenons Pluthermal" Réseau des citoyens de Shiribeshi, Hokkaido 9. Hairo action Fukushima, Fukushima et des zones d’évacuation au Japon 10. ARRÊT MOX ! Fukushima, Fukusima 11. Fukushima Moonlight, Fukuoka 12. Yawatahama Groupe de femmes pour protéger les enfants à partir de la centrale nucléaire, Ehime 13. Les gens Ikata contre Mox, Ehime 14. Nous ne voulons pas du plutonium ! , Tokyo 15. Genkai Nuclear Power Group Pluthermal Soutenir Trial, Fukuoka 16. Genkai Nuclear Power Group Pluthermal de première instance de soutien, Fukuona 17. Années Pluthermal et 100 de la préfecture de Saga Group, Saga 18. Pas de centrales nucléaires ! Yamaguchi Réseau, Yamaguchi 19. Centre sur les politiques alimentaires · Vision21 20. Genpatsu Yamenkai, Fukuoka 21. Japon droit de l’environnement Lawyers Association (Jelf) 22. Nonviolent Direct Action Network (Hanet) 23. Anti-nucléaire-électrique et nucléaire de retraitement des carburants protestation Advertising Group, Tokyo 24. Kochi vert citoyen Réseau, Kochi 25. Kaku-no-Gomi campagne, Chubu, Nagoya, Aichi 26. Aloha from Hawaii 27. Tohoku Asie Centre d’information, Hiroshima 28. Non-Nukes citoyen Réseau, Tokushima 29. Non-nukes net Kushiro, Hokkaido 30. Réunion Fukushima pour l’environnement, droits de l’homme et la paix, Fukushima 31. Amis de la Terre (Friends of the Japan Terre), Tokyo 32. Citoyen du Groupe sur les déchets nucléaires, Horonobe, Hokkaido 33. Équipe From Now On, Hokkaido 34. Pas de Nukes ! Protéger les enfants de la radioactivité 35. Concerned Citizens pour les droits des enfants de l’homme, Ehime 36. Protéger la mer de Sanriku de la radioactivité, Iwate 37. Iwate organique Étude agriculture de groupe, d’Iwate 38. Maison de pissenlit, Tokyo 39. Désaffectation toutes les centrales nucléaires ! Groupe des femmes pour la protection de Kariwa Village, Niigata 40. Sapporo Shoku Machi Réseau, Hokkaido 41. Les citoyens du vent pour la paix, à Tokyo 42. En collaboration avec l’ASBL Terre, Osaka 43. Kawauchi Tsuyukusa Groupe, Kagoshima 44. Groupe contre la construction de la centrale nucléaire de Kawaunchi, Kagoshima 45. Hassei Groupe contre Ikata centrale nucléaire, Ehime 46. Pour l’autonomie du citoyen, Hokkaido 47. Non-Nukes Femmes Groupe · Hokkaido, Hokkaido 48. Hokkaido paix Net, Hokkaido 49. Avenir pour les enfants de Fukushima, Hokkaido 50. Good Bye Kashiwazaki Kariwa projet de centrale nucléaire, Niigata 51. Tissage un groupe de mères avenir meilleur » 52. Groupe Aozora MeeMee 53. Les mères et les Fathers’No-Nukes Déclaration 2011 54. Sud Osaka Réseau pour la protection contre la radioactivité, Osaka 55. Kansai Réseau sur la protection des enfants contre la radioactivité, Kansai 56. Voyage vers le futur 57. Morinokoya 58. Kaburaya 59. Nishiyashiki 60. Forteresse de pissenlit, Fukuoka 61. Dohatsuten Wo Kai Tsuku, Fukuoka 62. Mondial de l’éthique Association 63. Buppouzan Zenngennji 64. ARRÊT centrales nucléaires avant qu’une Quake énormes ! 65. Lee Groupe visant à prévenir en cas de catastrophe Tremblement de terre et d’accident nucléaire 66. Village Rokkasho · Accueil des fleurs et des herbes, Aomori 67. Anti-TEPCO-nucléaire-Power Consumers Group, Tokyo 68. Miyazu Mitsubati projet, Kyoto 69. Citoyen de la Plaza, Minoh, Osaka 70. Citizen Monoh du Groupe sur l’énergie nucléaire Good Bye, Osaka 71. Campagne contre le nucléaire et Fukuoka armes à l’uranium, Fukuoka 72. Cherche pour le Japon-États-Unis Avis de sécurité Résiliation traité, Tokyo

@RV : En réponse aux affirmations la mettant en cause, Tepco a mis en ligne une page de réponse ici :
http://www.tepco.co.jp/en/nu/fukushima-np/info/index-e.html

La question de la résistance sismique du bâtiment 4 est plus particulièrement détaillée ici :
http://www.tepco.co.jp/en/nu/fukushima-np/info/images/120426_01-e.pdf
Ce document indique que les tests et simulation menés par Tepco montrent qu'un second tremblement de terre de la même intensité que celui du 11 mars, affectant le site de la même manière, ne menacerait pas l'intégrité du bâtiment.

Avec ce document montrant les structures métalliques placées sous la piscine pour la renforcer :
http://www.tepco.co.jp/en/nu/fukushima-np/images/handouts_110730_02-e.pdf

En complément voici le plan détaillé de Tepco pour retirer les assemblages, et les diverses étapes pour y arriver fin 2013 :
http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/betu12_e/images/120416e0201.pdf

On remarquera que les photos du document sur la résistance sismique montrent que la première étape du plan, démonter la partie supérieure abîmée du bâtiment pour construire une nouvelle structure venant recouvrir le dessus de la piscine pour permettre le transfert des assemblages, est bien avancée.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Qui sommes-nous ?


  • "Sauvons Le Climat" a pour ambition d’informer, de manière indépendante de tout groupe de pression ou parti politique, sur les problèmes relatifs au réchauffement climatique et sur les solutions proposées pour le ralentir. Notre association est dotée d’un comité scientifique présidé par Michel Petit, ancien responsable du groupe français d’experts au GIEC. Sous le contrôle de ce comité, SLC publie régulièrement des études et des communiqués sur les aspects scientifiques et techniques ainsi qu'économiques et sociaux de ces problèmes. Nous diffusons également des points de vue de nos adhérents.
  • Lire notre manifeste

Avertissement

  • Les textes présentés sur ce blog n'engagent Sauvons le Climat que s'ils portent la mention "Article SLC"

Nos conférences en vidéo

Nous contacter