« Alerte : la fonte accélérée de la banquise arctique témoigne de l'urgence d'agir pour le climat | Accueil | Arrêt de Fessenheim dans des conditions responsables ? »

18 octobre 2012

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00e553d1074e8834017c329da4bd970b

Voici les sites qui parlent de La RT2012 à l’épreuve du climat :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Il me semble que c'était justement l'effet recherché, non ? Depuis le temps que les écolos veulent d'en débarrasser pour pouvoir fermer des centrales.

Cette condition de ne pas dépasser 50g de Co2 par m^2 de logement (pour contrôler sa contribution à l'effet de serre), est une bonne contrainte et pour respecter cela l'on sera obligé de utiliser un mélange rational de la matrice d'énergies disponibles.

Bien que chaud partisan du nucléaire, je pense que le tout électrique dans le chauffage domestique pose des problèmes de pointes lors de grands froids, qui sont redoutables. Le gaz est stockable, le fuel encore plus.

C'est cela, plus que les calculs tordus sur énergie primaire ou pas qui justifie cette décision. Autrement dit elle arrange bien l'EDF, où chaque vague de froid hivernal tourne au cauchemar.

Ne soyons pas paranos ni extrémistesdans la défense du nucléaire.

tout semble indiquer qu'une bonne part de la pointe électrique des grands froids provient des chauffages d'appoint, électriques, et qui sont nécessaires pour apporter rapidement de la chaleur dans des logements mal isolés chauffés au fioul ou au gaz.

Attention, vous ne parlez que du logement collectif et non de l'habitat individuel. Selon le dernier rapport de "Retour d'expérience et analyse de l'association promotelec" 'juillet 2012, le chauffage gaz n'est que à 37% dans la maison individuel contre 50% pour l'électricité. Par contre les chiffres sont en accord pour le logement collectif, cependant ce n'est pas la réglementation thermique qui impose le gaz mais le fait qu'il est plus difficile et onéreux d'installer des solutions ENR électriques dans du logement collectifs pour atteindre une performance énergétique.
Rapport promotelec :
http://www.promotelec.com/media/document/association-promotelec_retour-d-experience-bbc_2012-07-10-.pdf

La RT2012 ne dit pas comment faire les batiments, ce qui dit comment faire les batiments ce sont les gens qui achètent les logements ! En l'occurence les logements chauffés à l'électricité se vendent moins bien parce que le gaz est à 50 euros du MWh et que l'électricité est vendu 130 euros, donc les promoteurs s'adaptent au marché.

Sauvons le CEA ferait encore une fois mieux de taper sur les subventions aux énergies fossiles plutôt qu'aux rares incitations à l'efficacité énergétique.

Pour l'électricité d'origine électronucléaire seule, on aurait 1KWhEP=3KWhEF, mais pour le pétrole il y aurait parité.....très criticable.
Car si on considère 1m3 de pétrole en place dans le gisement(quantité primaire),on n'en récupérera en moyenne que 0,33m3 (quantité finale), comme pour l'électricité! Le raisonnement qui a conduit à l'absurde coefficient de 2,58 est tordu.

En relisant ce commentaire 15 jours après, je m'aperçois de l'énorme bourde; il faut lire:
1KWhEF=3KWhEP
Mes plus plates excuses....

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Qui sommes-nous ?


  • "Sauvons Le Climat" a pour ambition d’informer, de manière indépendante de tout groupe de pression ou parti politique, sur les problèmes relatifs au réchauffement climatique et sur les solutions proposées pour le ralentir. Notre association est dotée d’un comité scientifique présidé par Michel Petit, ancien responsable du groupe français d’experts au GIEC. Sous le contrôle de ce comité, SLC publie régulièrement des études et des communiqués sur les aspects scientifiques et techniques ainsi qu'économiques et sociaux de ces problèmes. Nous diffusons également des points de vue de nos adhérents.
  • Lire notre manifeste

Avertissement

  • Les textes présentés sur ce blog n'engagent Sauvons le Climat que s'ils portent la mention "Article SLC"

Nos conférences en vidéo

Nous contacter